Didier Desplanche (ECAM Lyon) : "Les fusions de grandes écoles ne font plus rêver"

 |   |  2405  mots
(Crédits : DR)
Comment et par quels moyens, une école d'ingénieurs indépendante parvient-elle à se maintenir sur le plan national en refusant toute intégration ? Didier Desplanche, directeur de l'École catholique d'arts et métiers de Lyon, apporte ses réponses et sa vision quant à l'avenir de son établissement et à sa stratégie pour franchir un nouveau palier. Entre investissements, communication, et recrutement d'étudiants, le Plan Campus 2025 qu'elle a déployé doit lui offrir les moyens de ses ambitions et lui permettre de se maintenir, voire d’accéder à un nouveau rang. L’ECAM Lyon entend ainsi devenir un acteur "écouté", "complémentaire" et "contributeur" à l’heure ou la filière de l'enseignement supérieur stéphano-lyonnaise est entrée dans une nouvelle ère avec la labellisation Idex.

Pour lire cet entretien en accès libre, profitez de notre offre d'essai d'un mois gratuit http://bit.ly/ActeursFullAccess.

Acteurs de l'économie - La Tribune. L'ECAM Lyon fait partie des écoles...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :