"Il faut prendre conscience du potentiel de la jeunesse méditerranéenne"

 |   |  1846  mots
(Crédits : DR)
Amina Ziane, chef de projet chez Anima Investment Network, plateforme de coopération pour le développement économique en Méditerranée, détaille la situation de l'entrepreneuriat dans les pays du bassin méditerranéen.Si elle constate "un véritable engouement" auprès de la jeunesse et assure que la créativité sur le territoire est immense, elle alerte sur le fait que "dans un contexte de fort chômage, on ne peut pas proposer l'entrepreneuriat comme seule solution aux jeunes". Elle appelle notamment à une plus grande structuration des écosystèmes d'innovation, et s'interroge sur l'engagement timide des Européens, alors que les Chinois et Américains regardent cette jeunesse avec grand intérêt. Entretien.

Acteurs de l'économie - La Tribune. Quel est le rôle de votre structure : Anima Investment Network ?

Amina Ziane : Il est important de penser Anima en tant que réseau. La structure en elle-même est...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2017 à 20:48 :
Article très intéressant qui rebondit très bien sur notre séjour au Maroc, Israël et Palestine avec le projet Youth ID (http://www.youthid.net). Dans ces pays nous avons rencontrer entrepreneurs & jeunes. Chaque pays a ses particularités, mais l'entreprenariat reste une solution d'émancipation forte pour la jeunesse, je suis d'accord.

Merci beaucoup & au plaisir d'échanger,
a écrit le 30/03/2017 à 21:50 :
Chapeau ! Comment le faire comprendre et approprier par les entreprises, et d'abord peut-être les PME. ? Sans aucune forme de complexe néanmoins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :