Antoine Jouteau (leboncoin) : "Nous pourrions ouvrir un bureau à Lyon"

 |   |  874  mots
(Crédits : Franck Beloncle/leboncoin)
Dix ans que leboncoin est entré dans les foyers français. Leader de la petite annonce en ligne, il caracole aujourd'hui dans le top 6 des sites internet les plus visités en France. Son directeur général, Antoine Jouteau, présente les projets à venir et surtout le poids économique que la région représente sur la plateforme soulignant au passage, qu'une réflexion était menée sur l'ouverture d'un bureau leboncoin à Lyon.

Acteurs de l'économie - La Tribune. Ce jeudi 26 mai, vous poursuivez votre tour de France des principales villes en vous arrêtant à Lyon. Quel est l'intérêt de ce type de démarche ?

Antoine Jouteau. Leboncoin fête ses 10 ans cette année, un âge assez jeune, mais aussi un âge mature pour une entreprise comme la nôtre. En menant ce tour de France, nous voulions aller dans les régions qui ont compté dans l'histoire de l'entreprise. Nous souhaitons rencontrer nos clients et prospects, ceux qui nous ont fait confiance depuis le début. Rhône-Alpes a toujours été dans le top 3, au même titre que le Nord-Pas-De-Calais, là où le taux de pénétration est le plus important. On doit beaucoup à la région.

Parmi les 22 millions d'annonces en ligne et 23 millions d'utilisateurs uniques, que représente la part régionale ?

Sur le seul mois de mars de cette année, et selon nos données, nous avons enregistré chaque jour, 1,2 million d'habitants en moyenne ayant visité notre site soit une audience de 18 % des visiteurs provenant de la région. Sur l'année 2015, nous comptabilisons aussi plus de 14 millions de nouvelles annonces, soit 10 % des annonces totales du site. Un volume atteint très vite lorsque nous avons lancé le site. Autre donnée : sur l'an passé, 47 500 professionnels de la région étaient annonceurs.

Vous avez lancé une nouvelle version de votre site internet et de l'application mobile en février. Quel était l'objectif de cette évolution ?

Au-delà d'apporter un second souffle à la marque, nous voulions surtout proposer de nouveaux outils à destination des particuliers et professionnels. C'est pourquoi, nous avons développé la géolocalisation. L'ultra proximité est un axe fort pour lequel nous amplifierons d'ailleurs la précision. Nous constatons que 80 % des recherches se font dans un rayon de 30 km. Nous proposons actuellement 15 % des annonces géolocalisées. Nous devons donc faire davantage de pédagogie.

Aujourd'hui, 60 % du trafic provient du mobile, il était donc nécessaire de transformer nos outils et donc l'entreprise. Techniquement, cela a représenté un chantier d'une année et un recrutement important de collaborateurs (400 composent aujourd'hui la société, NDLR) sur la partie recherche et développement entre autres.

Les professionnels représentent 10 % des annonces de votre site. Souhaitez-vous augmenter cette part de marché auprès de ce public ?

Nous avons réussi à obtenir un équilibre avec 90 % des annonces proposées par le grand public et le reste par les professionnels. Nous ne souhaitons pas être à 50/50 puisque notre ADN reste les transactions entre particuliers. Ce qui, au contraire, ne doit pas occulter la poursuite de notre croissance auprès des professionnels. Ils sont 500 000 actuellement à utiliser leboncoin tels que les agents immobiliers, les agences de publicité, les recruteurs ou encore concessionnaires automobiles. Nous développons donc des offres et services qui leur sont destinés.

C'est pour cela que depuis quelques mois, deux commerciaux ont été recrutés à Lyon notamment sur la partie des annonces d'emplois. Cela fait partie de notre logique d'aller de l'avant, avec davantage de proximité. Nous réfléchissions par ailleurs à l'implantation d'un bureau, et pas qu'à Lyon, qui pourrait à la fois héberger des commerciaux téléphoniques et des commerciaux terrains. À l'instar de nos bureaux de Reims (50 personnes) et de Montceau-les-Mines (100 personnes).

L'emploi constitue un créneau plus récent sur lequel s'est lancé leboncoin. Le site compte 270 000 offres et peut toucher un plus grand nombre de personnes. Dès lors, votre site est-il amené à avoir une autre vocation, peut-être plus sociale, allant au-delà de la simple annonce ?

L'emploi est la partie possédant la plus forte croissance. Il est certain qu'aujourd'hui, nous allons au-delà du classique site d'annonces en ligne. Mais notre vocation n'est pas d'aller plus loin sur des métiers qui ne sont pas les nôtres. Ceci étant, nous savons désormais que leboncoin pèse lourd dans la lutte contre le chômage, c'est la raison pour laquelle, nous discutons régulièrement avec Pôle emploi afin de travailler ensemble, mais aussi avec les présidents de régions. C'est l'un des sujets de préoccupation majeurs.

L'automobile, l'immobilier et les produits de consommation de la vie courante sont vos piliers. Vos sources de revenus reposent sur le triptyque : publicité, options premium et frais d'insertion. Réfléchissez-vous à une diversification ? À des rachats de concurrents aussi par exemple ?

Leboncoin dégage trois sources de revenus : la publicité, les options premium et les frais d'insertion. Ce qui, et grâce à l'audience que nous enregistrons, nous permet d'être rentable depuis 2009 maintenant et de réaliser, sur l'année 2015, 179 millions d'euros de chiffre d'affaires. Néanmoins, nous sommes en phase de réflexion pour diversifier ces sources de revenus afin d'augmenter toujours plus notre croissance. Mais cela ne passera pas par de la croissance externe.

Nous touchons un Français sur deux, nous allons encore gagner 10 % d'audience cette année. Nous sommes donc tirés vers le haut. Je respecte nos concurrents, mais nous n'avons pas besoin de réaliser des rachats pour poursuivre notre évolution. Ce n'est pas à l'ordre du jour. Nous voulons continuer à grandir naturellement.

>> Pour aller plus loin : Laurent Radix (ParuVendu.fr) : "Aller détrôner leboncoin"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2016 à 20:41 :
La nouvelle mouture du Boncoin internet est bourrée de bugs à cause d'une conception dépassée d'un site internet bricolé par des programmeurs amateurs qui peut être se masturbent avec leur langage inapproprié ;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :