Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation"

 |   |  29  mots
Le sociologue et philosophe Edgar Morin ausculte, du haut de ses 94 ans, l’état du monde et celui de la France.
Le sociologue et philosophe Edgar Morin ausculte, du haut de ses 94 ans, l’état du monde et celui de la France. (Crédits : Hamilton/Rea)
Dans un entretien exceptionnel, le sociologue et philosophe Edgar Morin ausculte, du haut de ses 94 ans, l’état du monde et celui de la France. Economie, Front national, islam, fanatisme, immigration, mondialisation, Europe, démocratie, environnement : ces enjeux trouvent leur issue dans l’acceptation du principe, aujourd’hui rejeté, de "complexité". Complexité pour décloisonner les consciences, conjurer les peurs, confronter les idéaux, hybrider les imaginations, et ainsi "réenchanter l’espérance" cultivée dans la fraternité, la solidarité et l’exaucement de sens. "Le seul véritable antidote à la tentation barbare a pour nom humanisme", considère-t-il à l’aune des événements, spectaculaires ou souterrains, qui ensanglantent la planète, endeuillent la France, disloquent l’humanité. "Il est l’heure de changer de civilisation." Et de modeler la "Terre patrie."

Acteurs de l'économie - La Tribune. Attentats à Paris, état d'urgence, rayonnement du Front National, vague massive de migration, situation économique et sociale déliquescente symbolisée par un...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2017 à 11:49 :
Les dynamiques de la société contemporaine sont une menace pour la perennité de l'humanité. Les cloisons identitaires et les dérives de toutes sortes doivent etre corrigés pour offrir aux générations futures un monde plus marqué par la tolérance et la culture de paix plutot que que par toutes nos identités soumises au diktat de la différence. Il faut revenir au dénominateur commun irréductible qu'est "l'humain" pour permettre à nos sociétés de se débarrasser de tous ces penchants pathogènes.
a écrit le 19/02/2017 à 14:43 :
Bonjour,
""Le temps est venu de changer de civilisation".
Non; il est temps d'entrer en civilisation.
Civilisation : l'opposé de militarisation.
Et entrer en civilisation c'est :
Arrêter de croire, en Dieu, au hasard.
Faute de réponses aux questions existentielles : hypothèses.
Arrêter d'élire des politiciens au service d'eux-mêmes et surtout du "système ultralibéral".
Nous n'avons pas besoin de politiciens, mais de gens compétents qui proposent des solutions.
Et pour ceci il faut favoriser les sciences, la robotisation en particulier, pour que l'humain soit débarrassé du l'esclavage qu'est le travail.
Afin que l'argent disparaisse.
Ainsi nous entrerons dans une civilisation humaine où le bien être de l'individu sera le centre des préoccupations de la Cité.
a écrit le 15/02/2017 à 13:42 :
Il y a bien longtemps que je n'ai lu un texte aussi intelligent et si en accord avec la réalité de notre monde. Je pense que Monsieur Morin devrait être étudié en priorité à l'école dès le plus jeune âge. L'humain a toutes les capacités en lui pour construire un monde respectueux. Respectueux envers la nature et la vie sous toutes ses formes. Il doit être à l'origine, puis le bâtisseur d'un projet de vie futur sensé où toutes les forces et les ressources doivent concourir à l'édification d'une société basée sur des valeurs permettant, motivant les échanges et les partages et où le but ultime serait de se développer personnellement grâce au contexte ainsi créé.
a écrit le 14/02/2017 à 13:13 :
Juste une remarque critique : pourquoi y a-t-il autant de fautes d'orthographe dans cet article ? Un correcteur absent?
Edward Morin est égal à lui-même : lucide et efficace.
a écrit le 04/01/2017 à 18:35 :
Plus qu'une analyse, Edgar Morin nous dresse un profond bilan à partir duquel un véritable projet de société pourrait voir le jour.
Extrait: " Qu'est-ce qu'être de gauche ? A mes yeux, c'est se ressourcer dans une multiple racine : libertaire (épanouir l'individu), socialiste (amélioration de la société), communiste (communauté et fraternité), et désormais écologique afin de nouer une relation nouvelle à la nature. Etre de gauche c'est, également, rechercher l'épanouissement de l'individu, et être conscient que l'on n'est qu'une infime parcelle d'un gigantesque continuum qui a pour nom humanité. L'humanité est une aventure, et "être de gauche" invite à prendre part à cette aventure inouïe avec humilité, considération, bienveillance, exigence, créativité, altruisme et justice. Etre de gauche, c'est aussi avoir le sens de l'humiliation et l'horreur de la cruauté, ce qui permet la compréhension de toutes les formes de misère, y compris sociales et morales. Etre de gauche comporte toujours la capacité d'éprouver toute humiliation comme une horreur."
a écrit le 01/01/2017 à 14:11 :
"Par ailleurs, les manuels d'histoire doivent impérativement s'enrichir d'une information minutieuse sur une histoire de France qui dépeint les capétiens et au cours des siècles a intégré des peuples hétérogènes en les "provincialisant" et en les francisant. Insister sur la manière dont des nations, des peuples, des cultures, des langues, des religions a priori si éloignés les uns des autres se sont peu à peu agglomérés et composent aujourd'hui une nation polyculturelle est essentiel.", c'est vrai mais tout cela s'est fait sur des territoires existants déjà et déjà peuplés. Il n'y a pas eu de rajout de populations, les populations francisées et provincialisées étaient déjà là, les provinces étaient côte à côte, elles n'ont été que réunies. Actuellement on assiste à des rajouts de populations qui ne viennent pas des territoires francisés et provincialisés. Ce qui pose problème c'est que la France, comme tout territoire, n'est pas extensible, les forêts ne se régénèrent pas d'un coup de baguette magique et il faudra bien, à terme, déforester si l'on veut loger tout le monde. Contradiction entre préservation de l'éco-système, de l'environnement et rajout massif de populations exogènes.
a écrit le 21/12/2016 à 17:09 :
Du boulot pour tout faire décanter ...je retiens :' pensèe complexe et pas binaire ", " mondialisation et démondialisation : tiens c'est pas ça binaire au fait?..et oui concernant l'enseignement: Prquoi ne plus enseigner le réthorique ou " l'art de la dispute"?... nouvelles " matières" : décryptage des médias, de l'info..ça se fait mais au coup par coup, au book n vouloir des uns et des autres, ss parler des sciences ss liens avec les hommes et femmes de sciences et de partout ( arabes, juifs, indhous, français cathos ou agnostiques...etcetc...)et sciences ss lien avec l'histoire...Les jeunes sont la base du socle et oui ils ont besoin qu'enfin on leur explique la guerre d'Algérie et ce qu'est exactement le colonialisme...de toute façon si pas étudié en cours ils iront chercher les infos tt seuls et se détourneront de ces salles de cours où assis on gobe ( j'exagère...mais je l'ai vècu et en fac le summum...ça bouge...prouvez le moi) .et le fameux ESPRIT CRITIQUE...En tt cas merci pour cet article...
a écrit le 05/12/2016 à 12:54 :
je suis une grand mère de 74 ans, toujours aussi passionnée par tous les phénomènes de sociétés, par la diversités des êtres, leur complexité, leurs peurs, leur Espérance. Je ne pense pas le Monde en termes de "chaos" ! Mais je veux, pour mes petits enfants continuer de croire, de lutter, de m'opposer à ce que l'on voudrait nous présenter comme étant inéluctable ! RIEN n'est inéluctable, sauf la mort et encore......la force de l'Esprit nous accompagne....le souvenir nous construit....Rien de "religieux" dans mes propos, moi l'athée, mais c'est avec les pierres du passé que l'on construit l'Avenir....Alors levons-nous, nous les aînés, partons à l'assaut de Demain. Apprenons à nous regarder avec bienveillance....Soyons les passeurs vers d'autres lendemains, donnons la main à nos petits, accompagnons les sur ce chemin, le leur, avec tous les défis auxquels ils devront faire face ; Alors la force de notre ESPRIT, notre PENSEE seront pour eux un guide. "Une sorte de force de l'Esprit" !
a écrit le 04/12/2016 à 18:28 :
J'avais le besoin viscéral de lire Edgard Morin comme je l'avais autrefois de lire et d'écouter le regretté Stéphane Hessel lorsque les médias m'embrouillent. Lire ces textes m'a -oui, j'ose le dire- rassurée sur la valeur de l'homme son intelligence et sa bonté.
a écrit le 11/11/2016 à 23:39 :
Je lis ce beau texte d'Edgar Morin alors que l'Amérique vient d'élire Donald Trump en donnant plus de suffrages à Hilary Clinton; heureusement, la constitution américaine prévoit différents niveaux de pare-feu, de contre-pouvoirs; il reste à espérer qu'ils fonctionneront ou que Mr Trump se civilisera. Pour la France, il me semble qu'il y a besoin de réformer d'une part l'organisation du fonctionnement démocratique (décentralisation de tout ce qui n'appartient pas aux fonctions régaliennes, création d'assemblée de représentation citoyenne par tirage au sort en regard de l'assemblée élue parmi le vivier restreint des candidats des partis politiques), d'autre part réforme profonde de l'école pour la rendre moins égalitariste, rigide vis à vis de l'âge civil, classante, dévalorisante et plus équitable, respectueuse des faiblesses et talents de chacun et ainsi plus efficace, développant l'éducation d'esprit critique, autonomie et créativité, assouplissant la transition entre monde de l'école et mondes adultes professionnel, conjugal, parental et social
a écrit le 01/11/2016 à 17:15 :
Quel bel espoir 'nous donne la Edgard Morin..Nous devons nous imprégné de ces valeurs qui ont toujours été les nôtres ,que l,on soit Socialiste Communiste Écologiste
Républicain et même LesInsoumis de Jean Luc Mélenchon..et je dirais surtout les Insoumis.
a écrit le 29/08/2016 à 9:23 :
Pour que les électeurs n’aient pas l’impression de voter dans le vide, choisissez donc l’Orientation Altermondialiste, Écologiste, Communiste et Socialiste qui permettrait d’enclencher directement l’application des résultats des 15 ans d’analyses et d’études sur les fonctionnements de l’OCDE et du FMI capable de tenir compte des trois tiers/forces politiques qui constituent la Gauche aujourd’hui…

C’est le moment de se rappeler les déclarations d’Eva Joly sur les modifications qu’il faudrait effectuer sur le fonctionnement du FMI et de l’OCDE… celles que les Socialistes auraient pu et dû faire mais qu’ils n’ont pas fait alors qu’ils auraient très bien pu le faire… ainsi que les 15 ans de son investiture portant sur les analyses et les études des paradis fiscaux, de l’évasion fiscale et du blanchissement mafieux – dessous de table – pots de vin démarrées bien au-delà, il y a trente ans par François-Xavier Verschave, auxquelles ont participé activement et réellement des membres du NPA et de la Lutte Ouvrière…

https://laurentgantner.wordpress.com/2016/08/17/quelle-gauche-pour-demain/
Réponse de le 21/12/2016 à 17:17 :
Bien vu de rappeler la lutte d'Eva Joly...redonner ses articles ( du Monde etc) et bien vu de citer NPA et L.O...il faut construire des Rassemblements de gauche si on ne veut pas s'embourber dans des idéologies sclèrosantes et mutualistes idées et actions en en relançant une démocratie participative ( penser aux garde fous!!!); Cf à Grenoble depuis 2014 municipalité RCGE: rassemblement de la gauche et des écologistes, #onavance, ça urge), texte à faire circuler...
a écrit le 26/08/2016 à 17:00 :
"La barbarie prospère quand la mémoire de la barbarie s'efface. Or en occident, l'empreinte de l'indicible le plus indicible : la Shoah, qui dans les consciences constitua une digue, même poreuse, à la reproduction de la barbarie, s'estompe au fur et à mesure que les témoins disparaissent. Redoutez-vous les conséquences de cette évaporation "physique" de l'histoire ?"
Là j'espère que vous plaisantez!! Ou peut être n'avez-vous pas la télé ou encore habitez-vous sur mars!! J'ai 64 ans je n'ai jamais autant entendu parler de shoah que depuis 10 ans. Mais effectivement,trop de shoah tue la shoah. J'était pourtant un excellent client.
Merci Mr morin
a écrit le 11/08/2016 à 10:48 :
Merci Monsieur Morin
a écrit le 08/08/2016 à 20:53 :
Et Jean-Luc MELENCHON et sa 6e république ? Pourquoi tourner autour sans en parler ?
Réponse de le 22/02/2017 à 9:01 :
Oui c'est vraiment la question.... C'est pratiquement ce que propose les insoumis avec Mélenchon. Au lieu de cela on parle que de Macron et du FN....
a écrit le 04/08/2016 à 20:37 :
le plus simple pour faire face aux barbares assassins n'est-il pas de revenir aux valeurs du christianisme, à la lumière de l'Evangile pour la paix et l'amour donnés par Jésus, Fils de Dieu pour le salut de toute l'humanité ? Cela me paraît évident.
Réponse de le 10/08/2016 à 16:27 :
S'ouvrir aux autres ne te fera pas de mal, bien au contraire . souvent on apprends de ceux qui sont différents de nous . Aujourd'hui les plus grandes victimes des barbares assassins, comme tu les appelles sont les musulmans; il suffit d'ouvrir les yeux pour faire le constat .Les fabricants de l'armement s'en mettent plein les poches dans un monde instable . Jésus et Mohamed la main dans la main pour combattre l'ennemi commun . Mais avant, il faut pouvoir le démasquer .
Réponse de le 11/08/2016 à 10:51 :
https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwiR34TQ_bjOAhVBaxQKHQtHBooQFggkMAE&url=http%3A%2F%2Fwww.alterinfo.net%2Fcrimes-au-nom-d-une-religion_a87886.html&usg=AFQjCNEQLvN1qjU9x1sNYMQ3dEBQWw7-bg&sig2=8bMu9-8Ix7xnff7UlTEHXg
a écrit le 03/08/2016 à 11:52 :
Rendons grâce à Edgar Morin d'apporter des réponses élaborées, lumineuses et enrichissantes à des questions alliant à l'inverse pauvreté intellectuelle, poncifs politiques et redondances idéologiques.
a écrit le 30/07/2016 à 12:43 :
60 ou 70 ans de "pensée" pour finir, a l'âge venerable de 94 ans, par nous debiter tous les lieux communs post soixante-huitards. Parfait exemple de prêt-à-penser.De prêt-à-consommer ideologique. Tout ça pour en arriver a nous vomir cette vulgate indigeste aussi niaise que fausse, c'est lamentable
Réponse de le 19/08/2016 à 15:08 :
Bonjour Aramis (pourquoi un pseudo pour donner votre avis ?).

Je ne partage pas votre appréciation de cet article cependant je la respecte.

Au delà de cette critique un peu brute, quelle est votre vision du monde qui vous amène à dire que ces propos sont faux ?
- Le fait que tout soit lié (systémique) ?
- Le fait que les extrêmes se nourrir des angoissent des populations ?
- Le fait que la manière d'éduquer n'est plus appropriée ?
- Le fait que nos politiques pratiquent la langue de bois et gagneraient à appréhender les sujets autrement, à assumer leurs responsabilités et à responsabiliser plutôt qu'infantiliser ?

Où peut-être est-ce le coté humaniste qui vous dérange, dans ce cas je peux comprendre, chacun sa perception du monde et son idéologie politique...

Ne pas être d'accord est un droit. Exprimer le fond de ses pensées en contre-argumentant et sans se cacher devant un pseudo, devrait être un devoir... Qui est bien mal assumé sur les réseaux sociaux !

Mais peut-être est-ce mon coté humaniste qui parle... alors je vous laisse vociférer si ça convient à votre vision du monde.

;-)
a écrit le 20/07/2016 à 8:37 :
Toujours lumineux Edgar Morin
Les politiques et en particulier ceux qui aspirent à être élu à la présidence de la République devraient s'inspirer de sa pensée pour proposer une nouvelle société.
a écrit le 18/07/2016 à 22:02 :
Fidèle a l'esprit du club de Budapest d'ervin László, mr Morin ne suggère rien d'autre qu'un chgt de paradigme ou la coopération se substituerait a la competition
Réponse de le 19/08/2016 à 15:11 :
Bonjour lainceur zoubir,

Il me semble que c'est un peu plus subtile que ça...
Il ne s'agit pas de substituer un modèle par un autre.
Il s'agit d'articuler différents modèles.
En particulier, la coopération est parfaitement compatible avec la compétition.
a écrit le 17/07/2016 à 10:09 :
Excellent comme toujours...À lire et partager car c'est une aide précieuse à la compréhension de notre monde dont devrait s'inspirer ceux qui prétendent diriger notre société ...j'aurai voulu pouvoir écrire ce contenu.Merci Edgar Morin,mille fois merci.
a écrit le 22/05/2016 à 12:02 :
Edgar Morin a à peu près tort sur tout mais bon, à quoi bon perdre son temps à discuter avec quelqu'un qui n'a pas changé d'un iota depuis ses 15-20 ans et qui s'émerveille encore devant la beauté des régimes totalitaires que sont le socialisme et le communisme
Réponse de le 24/05/2016 à 9:31 :
Hum...voila un commentaire qui vous honore par la profondeur de ses arguments (Morin a à peu prés tort sur tout, diantre!), par son intelligence (qui s'émerveille devant la beauté des régimes totalitaire) et par son ouverture d'esprit (ne pas perdre son temps à discuter avec quelqu'un avec qui on n'est pas d'accord). Manifestement, vous n'avez jamais lu une seule ligne d'un ouvrage de Morin, sans quoi vous vous seriez au moins épargné le ridicule de ce commentaire inepte....car ne vous en déplaise, pour qui a lu Morin, qu'on soit d'accord ou pas avec ses idées, votre commentaire est d'une bêtise abyssale....au moins si vous aviez un tout petit peu argumenté....
Réponse de le 30/07/2016 à 12:45 :
a glaf : votre reponse a certainement plus de profondeur....dans le neant. Manifestement, c'est bien vous qui n'avez jamais lu cette vielle baderne....Ou pas comris
a écrit le 06/05/2016 à 0:50 :
Optimiste prudent, je crois au pouvoir de l'esprit. L'humanité est, de nouveau à la croisée des chemins, la plupart conduisant aux gouffres et à la perte.
La Terre Patrie sera le seul refuge, la seule issue et l'esprit transcender la matière après apprivoisement et reconciliation avec la complexité.
a écrit le 25/04/2016 à 16:48 :
Aussi brillante que soit cette analyse, elle a une odeur de confort intellectuel. Les mots et les phrases ne suffisent plus. Le dépassement de la dualité,le sens de l'unité demandent une transformation radicale, individuellle. C'est toute une culture qui demande à être revisitée et écartée pour laisser place à des élans nouveaux, pour fortifier un affectif souvent infantile face à un mental compliqué et audacieux. La complexité évoquée ici pourrait bien n'être qu'une solution mentale, devenue obsolète.
a écrit le 24/04/2016 à 16:22 :
cet article m'a beaucoup interpellé Mr Morin est efficace mais 2017 n'apportera RIEN et 2020 j'aimerais voir ce que le peuple a créé bien avant l'état !
a écrit le 24/04/2016 à 15:08 :
Changer de civilisation n’est autre que rendre le pouvoir, tout le pouvoir aux citoyens et aux citoyennes. Le pouvoir central a échoué parce qu’il a créé la mafia. Cette dernière a défait tout simplement la civilisation de la raison …
a écrit le 13/03/2016 à 19:48 :
Morin a été communiste, il est resté profondément marxiste dans ses analyses, comme une partie de la gauche française (peut-être la dernière au monde, je suis persuadé que même les chinois ont dépassé cela).
Mais si, M. Morin, l'économie est primordiale, car elle est beaucoup plus vaste que vous semblez le croire : commercer, c'est échanger des biens, des services et des pensées. En somme, tout ce qui fait le progrès humain. Dans ce sens, tout est économique.
Le progrès scientifique, technique et donc économique va nous permettre de faire en sorte d'apporter la richesse à toute l'humanité : nous n'avons jamais cessé d'aller dans ce sens, et chaque année est un progrès.
Alors, bien sûr, certains sont plus riches que d'autres. La belle affaire… Que nous importe que certains aient plus de possibilités de se cultiver, de profiter des arts, de réfléchir, et de jouir de leurs richesses. Ce qui est important, c'est la progression de l'humanité vers son seul but : le savoir. Et pour cela, nous avons besoin d'augmenter le bien-être de tous, car "ventre affamé n'a pas d'oreilles" !
C'est cela, l'économie (on pourrait aussi dire le commerce si les marxistes n'avaient pas dévalué ce très beau mot)…
Alors, foin du syndrome CEMA (C'Etait Mieux Avant) dont vous me paraissez gravement atteint.
Le monde n'a jamais été aussi riche et intelligent. A nous de faire en sorte qu'il le devienne encore plus. C'est cet espoir vivifiant qu'il faut diffuser.
Réponse de le 05/05/2016 à 8:46 :
Le seul but de l'humanité: le savoir ??
Ah vraiment...
Vous savez, il a existé avant nous des civilisations avec plus de "savoir"....
Ce n'est pas un "but".
La vie est une expérience, et chacun a la sienne.
L'humanité peut être comparé à un grand laboratoire. Et dans un laboratoire on n'y apprend pas uniquement des connaissances.
Réponse de le 16/05/2016 à 19:05 :
Tout n'est pas économique justement . Je crois c'est ça l'erreur fondamentale !
Réponse de le 18/05/2016 à 22:36 :
CM ci dessus considère que" le monde n'a jamais été aussi riche et aussi intelligent". Diable! Peut-être n'avons nous jamais autant d'analyses critiques du (mauvais) 'état du monde. Certes, l'accumulation de richesse dans les mains de quelques uns n'a jamais été aussi importante mais connaissance et richesse ne nous ont jamais dirigés aussi près de l'abime!!
Réponse de le 30/06/2016 à 20:29 :
Commencer par comprendre que l humanité est la sommes de plusieurs individus, et que la traiter dans un généralité accentue les inégalités.
Tant que l'humanité est riche....enfin une partie, très minoritaire, d'ailleurs.
C est justement le discours qui est combattu par le discours de mr Morin, oui il a été communiste, mais en même tant il a 94 ans, donc des régimes politiques il en a connu non?
a écrit le 01/03/2016 à 8:52 :
http://unmondesansargent.fr/ch1pg1_s1_will.html
Plaisir.
Réponse de le 02/03/2016 à 14:07 :
il y a aussi : www.civilisationsansargent.org
www.voter-a-m.fr (présent au salon Primevère 2016 à Lyon)
et plein d'autres collectifs à découvrir.
.
Car comment résoudre les problèmes de manque, avec un outil, la monnaie, basé sur "le manque" ? (la monnaie étant un outil d'échange mais aussi d'exclusion et de raréfaction (quand il y a abondance, les prix s'effondrent et ça ne vaut pas le coût de produire)).
a écrit le 27/02/2016 à 9:24 :
Magnifique! Merci
a écrit le 24/02/2016 à 14:27 :
Bonjour à tous, voilà je ne suis que de passage sur cet article mais suite à la lecture de celui-ci et des commentaires qui en découlent, j’aimerais également laisser un message ou un appel, tout dépend comment vous le prendrez. 

Je pense qu’il y a certains désaccords sur la forme de cet article mais le fond ne me laisse pas indifférent. Je suis jeune, je suis français, j’ai 25 ans et à mon grand regret je n’ai vraiment pas les connaissances historique et littéraire que vous possédez. Mais cet article, ces commentaires et mon parcours dans la vie m’ont apporté des réponses.

Nous sommes plusieurs à avoir constaté cette perte d’humanité, et même si j’en aperçois certains qui ont déjà fait le choix de baisser les bras, de vivre avec, ou de dire que c’est une période nécessaire, et bien moi j’ai choisi de vivre chaque seconde avec l’espoir que chacun trouve l’humain qui est en lui. Même si je vois que le chemin est long, je me répète à chaque millimètre parcouru que peut être un jour nous pourrons éviter des millions de sacrifice inutile.

Alors je souhaite dire merci à Monsieur Morin pour cet article, et je dis également merci à tous ceux qui ont fait le choix de garder espoir en l’humain. Nous ne sommes pas seuls et cela fait du bien de le savoir.

PS : Malheureusement, aujourd’hui en France beaucoup de jeunes (et moins jeunes) n’ont plus cette facilité de vocabulaire et de belles et longues phrases. Alors s’il vous plait, donnez leurs les moyens de comprendre. Merci
a écrit le 22/02/2016 à 22:54 :
Merci Monsieur pour ce texte qui me reconforte dans mes choix qui sont ceux que vous venez de citer ....car je commencais a "baisser les bras"...;Cela m'a redonne espoir et "defenseuse de ces justes pensees" ......
a écrit le 21/02/2016 à 10:27 :
Réac tu portes bien ton nom... Continue dans tes pensées raccourcies et laisse l’intelligence de ce monde complexe aux autres... Merci Monsieur Morin de dire en mots simples cette lecture du monde qui nous aide à éclairer nos pensées dans ce monde si incertain et difficile à appréhender.
a écrit le 19/02/2016 à 16:47 :
Merci pour cette longue analyse qu'il faut relire plusieurs fois pour bien se l'appréhender et en tirer un mode opératoire
a écrit le 16/02/2016 à 23:22 :
Merci Mr MORIN pour ces paroles éclairantes et ces analyses en ces temps de dispersion.
cela me remonte le moral que M MORIN mette du sens dans mes pensées quelque peu dispersées.
a écrit le 16/02/2016 à 15:06 :
Il faut beaucoup de patience pour lire ce méli-mélo philosophique du penseur en pantoufle qui voit le monde de sa chambre, grand penseur il est vrai puisque tout le monde le dit.

Et si la France n'était pas multi culturelle mais multi ethnique ? Il est vrai que ses lambeaux de colonies comme les îles ont leur propre culture ancestrale, j'en sais quelque chose puisque je suis un métis:-)

Je rêve aussi d'un monde uni et fraternel mais le rêve se termine vite quand je regarde le monde, du haut de mon balcon et petit appartement :-) je crois qu'au contraire, nous allons tous nous étriper pour finir par éclater en petites communautés autonomes, ce qui serait le mieux à mon avis et le premier pas vers quelque chose de nouveau et non une triste répétition de l'histoire.

Comme je ne suis pas un marxiste, l'histoire n'a aucun sens pour moi, elle peut très bien décider de tourner à droite ou à gauche ou bien simplement tomber dans un trou.

Je m'excuse mais j'aime secouer la poussière du sérieux pour qu'on cesse de le prendre
et raviver les braises de la discussion pour aller plus loin, plus loin encore que ma propre limitation sauf en bêtise peut-être :-)
Réponse de le 19/02/2016 à 10:54 :
D'accord pour le Meli Melo pseudo philosophico universaliste !
Du baratin a deux balles d'un philosophe au chaud dans ces pantoufles!
Réponse de le 21/02/2016 à 14:39 :
Ne pas être d'accord avec se qu'il se dit est une chose, refuser toute pensée complexe en est une autre, parce que, après tout, c'est la pensée complexe qui prévaut à toute réflexion, sauf pour le sage qui, contrairement au savant, à dépassé cette complexité du monde en l'ayant comprise.
Là se trouve la réelle simplicité et non pas dans la crainte de perdre le sens de ce que l'on comprend de ce monde, même si cette compréhension simpliste n'est qu'une illusion.
Parce que, après tout, n'est-ce donc pas le trait commun de notre époque d'aimer plus que tout l'idée simpliste pour éviter à tous prix de se prendre la tête, pour éviter de se fatiguer, et de perpétuer sa frustration de ne pas pouvoir jouir de ne pas avoir suffisamment d'argent?
Car en vérité, cette frustration par manque de jouissance d'une richesse d'argent devient elle-même jouissance, celle de cette seule frustration, seul moyen de se rapprocher de ceux qui la détiennent, cette oligarchie.
Et c'est par ce moyen que l'oligarchie ploutocratique tient le peuple, même pas par le rêve de jouissance éternelle mais par la frustration de ne pas pouvoir jouir.
Réponse de le 25/02/2016 à 22:27 :
D'accord avec le melimelo sans valeur ajoutée
Réponse de le 31/03/2016 à 18:29 :
On n'est pas un grand penseur, parce que tout le monde le dit. On n'est grand penseur parce que l'on dit des choses justes, indépendamment du nombre de personnes qui le reconnaissent.
La France est vue multiculturelle par les gens ouverts qui s'intéressent aux autres, et multiethnique par ceux renfermés qui en ont peur et qui refusent d'entrer en contact avec eux.
Si au lieu de vous restreindre à regarder le monde de votre balcon, vous descendiez dans la rue pour discuter avec ceux que vous regarder de haut, alors vous vous rendriez compte que ces gens sont tout aussi riches que vous et qu'ils vous enrichissent à chaque fois que vous échangez avec eux.
Il faut être marxiste pour que l'histoire ait un sens ???
a écrit le 14/02/2016 à 21:02 :
Générosité et vision prospective n'empêchent blocages idéologiques et sans doute tout simplement scolaires. Permettez en toute courtoisie alors un avis:
Les raccourcis de l'histoire ont pu se comprendre dans le feu des guerres idéologiques, mais lorsque ce " panoramique" de la situation internationale saute avec légèreté sur des contre-vérités qui malgré vos protestations ont le goût de l'ordre mondial établi, quand le statu-quo le plus injuste de l'histoire qui en palestine impose tout simplement le droit international du plus fort malgré la protestation et même le soutien de 90% des états du monde, rapport de force ici traduit en terme châtié, presque mondain, " le bourbier israelo-palestinien ", alors on pourra être dubitatif sur tout le reste de ce développement. Pourquoi ne pas se montrer davantage sceptique d' ailleurs quand on n' a pas plus à dire que la moyenne notamment sur l'exemple palestinien où l'on prend garde de ne pas nommer les faits observés. l'Etat d'Israel en économie de guerre n'est pas pour autant fascisant mais raides sur la défense de leur intégrité en même temps qu'expansionniste dans la région, tandis que les Etat-Unis sont les gendarmes de ce cadenas, et du monde en même temps, celui qui s'égosille en vain à l'ONU. La situation diplomatique ne permet plus de désigner sans fard et dans l'institution, les maîtres du monde, qui se permettent quelquefois, observons-le, la coquetterie d'exprimer des contradictions théâtrales de ^pure forme avec Tel Aviv ? L'apocalypse ou la fin du système capitaliste ne sont par ailleurs pas pour demain, la décadence exacerbée d'une fin de cycle historique pas avérée, ni les potentialités de développement que le capitalisme porte en lui, et c'est bien dans son sein pour plusieurs siècles encore que le travail social, de clarification et de progrès palpable pour chaque génération devra se faire! Oui la barbarie de Daesh provoque l' effroi sans avoir été tout à fait décryptée cependant, comme cette difficulté à atteindre des cibles, souvent symboliques mais en aucun cas (pour ne pas dire JAMAIS) stratégiques, resserrant au contraire au prix de la lacheté de morts aveugles, les ressorts par exemple de groupe, social ou national. Aujourd'hui, ce sont presque des pieds nickelés qui sèment la terreur, ce qui aurait dû faciliter la tâche des professionnels de la sécurité, s'il n'y y avait tant de morts frappés au hasard. Et de façon incompréhensible, les raccourcis de l'histoire, ceux des conflits idéologiques archaïques ressortent des placards avec un auteur qui dément le droit international et ses tribunes laargement diffusées . La barbarie nazie et Daesh, cotoient ainsi sans complexe intellectuel la dureté d'un système soviétique qui ne plaisantait pas quand on l'attaquait et "impardonnable", pour avoir pu faire trembler l'occident , strategiquement plus fort. La révolution culturelle comme en conviennent les historiens a été une guerre civile- comme toute guerre de l'histoire, avec ses morts mais non un plan d'extermination ou un génocide- pour le contrôle du pouvoir en Chine, tout comme a plané le spectre de la guerre civile pour l'Algérie française, toutes proportions gardées mais de même nature idéologique . Hors poncifs sans objet ni enjeu face à une Chine qui est entrée par la rugueuse défense de ses intérets nationaux, dans la cour des grands pour les mouvements de capitaux, quelle hasardeuse analogie tout de même, aux impacts trop prévus quand elle est formulée par une sommité! Alors oui, l'histoire nest pas linéaire vers des motivations communes aux sociétés humaines mais semble bien relever au contraire des contradictions d'intérêt inter- ou intra- à ces sociétés, exactement comme le manque de vision historique de L'Etat français et des USA au Vietnam et en Algérie, actes majeurs de guerre pourtant ne relevant pas à l'aune du droit international, de la barbarie de type nazi. Et s'il reste au moins un point hors des blocages de type scolaire ou idéologique sur lequel les démocrates et personnes éprises de justice ne peuvent que se retrouver, c'est le soutien actif au droit des palestiniens de créer leur état, question insoluble car elle ne relève justement pas d' un "bourbier"mais du droit du plus fort et qui,du propre point de vue palestinien lequel ne pouvait qu'évoluer en 50 ans, devra garantir la sécurité d'Israël .
a écrit le 14/02/2016 à 4:51 :
Les propos d'Edgar Morin rencontrent de façon remarquable le discours du Dalaï-Lama cité de: 'Mon autobiographie spirituelle'
"Nous avons à renouveler nos engagements à l'égard des valeurs humaines dans les sciences. Bien que le but primordial de la science soit de connaître toujours davantage la réalité, un autre de ses objectifs est d'améliorer la qualité de la vie. Sans motivation altruiste, les scientifiques ne peuvent faire la distinction entre technologies bénéfiques et simple expédients. Les dommages causés à l'environnement autour de nous sont les résultats les plus flagrants de cette confusion. Une motivation adéquate est encore plus impérative, dès lors qu'il s'agit de régir l'extraordinaire éventail des nouvelles biotechnologies, par lesquelles nous pouvons désormais manipuler les structures subtiles du vivant. Sans fonder ces manipulations sur une base éthique, nous risquons de porter d'irrémédiables préjudices à la matrice délicate de la vie."
Les grands esprits se rencontrent.
Réponse de le 14/02/2016 à 9:18 :
J' ai beau chercher, aussi loin que je me souvienne, la prof de Math qui me tirait les oreilles quand je rêvassait aux pyramides en classe de 5eme, alors qu' il fallait répondre a la question posée sur des rapports algébriques, ou plus récemment, celui qui lançait des bouts de craie sur les glandeurs du fond de la classe qui ne faisaient pas les exercices sur les lois de probabilité, mais discutaient d' un moyen sûr de gagner au loto, ne nous ont parlé d' améliorer par leur discipline la qualité de la vie (il visait bien le bougre !).
Idem pour les profs de physique chimie, biologie etc.
Il nous demandait d' acquérir des connaissances.
Ce qu' on devait ou pouvait en faire était laissé à l appréciation de chacun.

En revanche, le prof de philo il fallait se mettre devant pour entendre sa petite voix qui ne couvrait pas les ronflements et grognements du fond de cette classe de terminales très scientifique.
Il essayait de nous dire quelque chose d' important pour lui : il parlait d' homme qui pouvait etre un loup pour l' homme, mais aussi de ce droit qui serait inscrit dans le cœur des hommes.
Il montrait des contrastes, des dégradés dans le savoir accumulé, des contradictions vivantes avec des visions toujours irréconciliables .
Cela contrastait avec le panorama du savoir scientifique, qui apparaissait plus net, plus tranché, pas de contradiction durable.
Sauf pour la mécanique quantique.
Un savoir très rassurant, très reposant, qui permettait à ceux qui le possédaient de ronfler ou plaisanter bêtement au fond de la classe. Trop rassurant. Ils ne se sont pas méfiés.
Quoi que cela veuille dire, la science n' a rien à dire.
Autant faire parler et parler à un presse purée ou un tournevis.
a écrit le 13/02/2016 à 15:52 :
Je pense que la République doit être neutre dans le domaine de la religion, ce qui n'est pas le cas de certains dirigeants français ou étrangers qui veulent des voix pour accéder au pouvoir. Le peuple français se heurte aux portes et ne peux rien obtenir.
"Il est l'opprimé d'aujourd'hui et deviendra l'oppresseur de demain" cette phrase de Victor Hugo résulte très bien le français en ce moment. Alors, il cherche des diversions car pour lui la République: liberté, égalité, fraternité, ne veut rien plus rien dire puisqu'il n'est pas entendu.... Une française...
Réponse de le 31/03/2016 à 19:07 :
Je ne pense pas que l'état français doit être neutre vis-à-vis des religions, qui comme toutes croyances possèdent en son sein le germe de l'obscurantisme et du totalitarisme. Je pense au contraire que l'état doit être bienveillant avec les croyants, afin de les aider à se libérer de leur croyances et leur permettre d'aborder le monde de manière pragmatique, tel qu'il est, et non tel qu'il le fantasment, mais ferme devant les croyances. Vaut-il mieux, grâce à une éducation non coercitive, et donc acceptable par le croyant, lui montrer qu’il ne sait pas, et que s’il l’accepte, il se rendra compte qu’il pourra en savoir de plus en plus ; ou faut-il laisser le croyant se berner de ses illusions et rester figé dans ses croyances archaïques ?
Ce qui est vrai pour les religions l’est tout autant que pour les croyances politiques, économiques, scientifiques, agricoles, ou autres. Etre humble devant le savoir, en reconnaissant qu’on ne sait pas quand on ne sait pas, est le seul moyen d’espérer en savoir plus et de progresser, même s’il est illusoire d’espérer tout savoir un jour.
a écrit le 13/02/2016 à 12:37 :
un beau tour d'horizon des différentes problématiques que vivent nos sociétés actuelles. Mais aussi, et surtout, des éclairages novateurs sur ce qu'il conviendrait de faire pour renverser la vapeur, tant au niveau politique que sociétal ou économique. Une lecture à recommander au plus grand nombre, et surtout aux jeunes dont il est question à certains moments du texte.
Réponse de le 19/02/2016 à 16:55 :
J' ai été voir ce que signifiait la légende du Colibri.
C est un colibri qui fait des allers retours comme un Canadair pour essayer d' éteindre un feu de foret. Les autres animaux (qui ne font rien), s' etonnent de ce geste qui leur parraît vain (un colibri ne peut pas transporter beaucoup d' eau dans son bec), il leur répond alors qu'il fait "sa part".

Une petite critique littéraire pourrait etre la suivante : certes si chacun faisait quelque chose à sa mesure pour éteindre l' incendie, la situation aurait plus de chances de s' améliorer. Mais en montrant le rapport de taille des animaux, pour suggerer qu' on peut toujours faire quelque chose , même peu, la légende cache à nos yeux la responsabilité que nous pourrions avoir dans cet incendie, (en effet, les Colibris et autres animaux de la Forêt, ne sont pas supposés pouvoir mettre le feu)

Or "l' incendie", (et c' est sans doute ce qu' il faut essayer d'expliquer aux plus jeunes), ce peut être le resultat, la photo de famille de ce "nous", quand nous accaparons, pillons, ne pensons pas a l' autre.

La photo de famille n' est peut etre pas celle, rassurante, de ces animaux paisibles qui tapent la discute au bord de l' eau pour éteindre l' incendie qui vient du "dehors".

Pour autant, La légende du colibri qui éteindrait son incendie intérieur, n' aurait aucun succes. Elle ferait un gros flop. Allez savoir pourquoi.
a écrit le 12/02/2016 à 17:27 :
La nouvelle civilisation serait pluraliste et démocratique. Les discours prophétiques, vestiges d'une époque révolue qui vénérait les discours de"vérité", y seraient considérés comme des opinions parmi les autres... J'apprécie quand Edgar Morin parle comme un socioloque, décrivant les fractures de notre société, posant des diagnostics, émettant des propositions de remèdes. Je suis par contre davantage sceptique, quand il stigmatise les mathématiques et les techniques, quand il valorise certains personnages, comme Pierre Rabih (qui rejette l'évolution des espèces de Darwin), le technocrate Emmanuel Macron (ami de Donald Trump), le pape François (anti-avortement, anti-gay, mysogine...), l'imposteur Tariq Ramadan (islamiste, anti-apostat, anti-gay, sexiste...). Pour ma part, je ne pense pas que cela soit avec ces gens là que l'on peut construire une nouvelle civilisation. Il existe d'autres pistes plus intéressantes dans les domaines de la démocratie numérique, de l'économie circulaire, collaborative, soutenable, sociale et solidaire...
a écrit le 12/02/2016 à 10:12 :
Ya pas que les analyses mentales des vieux, c'est Vrai. En dit Plus, Simplement c'est 1 Evolution de conscience Bien, Humaine.
https://laguenon.wordpress.com/2016/02/11/carnaval-allahfin-apres-sa-chevre-de-catas-pourquoi-pas-lanee-du-singe/
a écrit le 12/02/2016 à 9:45 :
E. Morin nous chuchotte que poser la question de la réforme personnelle en l' articulant avec reforme sociétale c' est : "Être au cœur du sujet..."
Comme c' est justement dit.

Dans ce texte on trouve beaucoup d' exemples d' oppositions apparentes comme
celle ci-dessus individu/société.

E Morin nous invite a ne pas opposer de façon stérile car figée les catégories de l' entendement, mais a nous entrainer a changer de point de vue pour voir ce qu' il y a de dynamique dans l' opposition apparente.
Parfois, ce changement de point de vue est bien plus un effort d' approfondissement du "même" regard que de changement de perspective.
Parfois cette effort doit se faire vers l' intérieur du sujet qui observe : qu' est ce que j' entends par "réforme personnelle" qui serait connecté avec "reforme sociétale " ?
Je pense dans le désordre au tri des déchets, je pense la paille et la poutre, je pense aux restos du cœur , je pense a mes impôts qui augmentent et a l' aide sociale pour les petits vieux sans abri ....

Le problème de l' interprétation de l' opposition entre des catégories qui s' excluent en apparence est très ancien il avait été exposé brillamment il y a plus de 2500 ans par Heraclite sous forme d' aphorismes.
Le n 125 concerne une boisson consistant en un mélange de lait d' alcool (bière, vin?), d' huile, de fromage parfois.
Ce breuvage disait heraclite ne reste tel quel, que lorsqu il est agité.
Il faut qu' il soit mît en mouvement pour garder cette sorte d' "immobilité"(le fait de rester soi).
(écouter le professeur MM Mc Cabe a 17min 45 sur le podcast on heraclitus , moving Posset as it stands still " , montrant comment heraclite fait ressentir a son auditoire la résolution de la contradiction entre mouvement et immobilité)

Le langage avec ses categories rigides ne peut pas toujours rendre ce que l' on souhaiterait faire ressentir : il faut un effort en face, une sorte de sympathie comme dirait Bergson.
Heraclite était appelé par ses contemporains " l' obscur".

Leucippe s' est confronté au problème de l' un et du multiple , il l a résolu en introduisant de mini sphères parmenideennes (les atomes insécables, inaltérables , éternels ) qui venaient s' entrechoquer s' accrocher les unes aux autres par affinités dans un vide, le tout étant illimité.
Cela résolvait le problème du "début", car le début de quoi que ce soit est une sorte de limite, le problème du possible et du nécessaire (tout assemblage/toutes les formes possibles se produiront un jour Grace a la nécessité de ce modele qui n' a donc pas besoin de hasard).

Henri Bergson a montré que de nombreux paradoxes anciens étaient dus au langage qui découpe et segmente dans l' espace ce qui ne peut se découper de cette manière : la durée . Il montre ainsi deux sortes de multiplicités : l une numérique, spatiale de juxtaposition, l' autre qualitative , interpénétrée. L'un et le multiple ne sont des prédicats possibles que du premier type de multiplicité, alors que l' autre exclue l' Un et le même
C ' est ainsi qu' il resoud le paradoxe d' Achille et de la tortue qui empêchait Achille de jamais rattraper la tortue (on ne doit pas projeter une multiplicité numérique sur une durée qui elle n' est pas étalable à l' infini sur une tartine d' espace)

En résumé individuellement et collectivement nous soufrons de ce problème. Un exemple marlis des milliers : nous ne pouvons plus nous déplacer sur une longue distance sans etre flashés a un moment ou a un autre par la machine qui compte toute durée
a écrit le 12/02/2016 à 0:23 :
Il ne reste plus qu'à construire la civilisation de l'Après Monnaie.
Elle est déjà en marche, et il serait bon de l'observer avec bienveillance, voir même d'y participer.
A bon entendeur...
a écrit le 11/02/2016 à 20:07 :
Juste une remarque, il faudrait arrêter d'opposer culture et science. C'est une vision conservatrice. Et aussi de forcément voir la science comme soumise au complexe techno-économique. Culture et science se complètent, au contraire. C'est d'ailleurs le principe d'une vision humaniste de la société et du monde. A côté du "science sans conscience n'est que ruine de l'âme " de Rabelais, il faudrait ajouter un truc du genre " culture ignorante est le terreau des superstitions ".
Réponse de le 31/03/2016 à 19:26 :
"il faudrait ajouter un truc du genre " culture ignorante est le terreau des superstitions"
Oh que oui. Et si les hommes politiques se montraient un peu moins incultes quant aux réalités de la vie et du monde, ils ne pourraient se montrer que plus efficaces. Les grandes idées, c'est bien, mais si elles ne sont que fantasmes, elles deviennent contre productives pour ne pas dire dangereuses.
a écrit le 11/02/2016 à 20:05 :
Humaniser l'économie, qu'elle soit au service de l'homme et non au service de l'accumulation des profits... On en prend pas le chemin !
Tant que le maitre mot sera compétition entre les hommes pour un travail raréfié par cette même course au moins disant et par la robotisation, il n'y aura pas d'issue.
Cela semble satisfaire les puissants de ce monde...il ne faut pas compter sur eux pour changer de paradigme !
Le peuple doit prendre en main son destin et porter au pouvoir, l'humanisme, le courage et l'audace de défier l'égoïsme et la cupidité des possédants.
a écrit le 11/02/2016 à 18:17 :
Il est étonnant ,mais il n'est pas le seul à gauche ,qu'il oublie le seul ,le vrais ,l'unique probleme qui chapeaute toutes les questions qu'il vient de traiter .La demographie humaine !94 ans ;en 1922 date de sa naissance elle était de combien l'humanité ? Pour ma part ,à 20 ans dans les années 70 je l'ai connue à 3 milliards d'individus et la voila maintenant à 7.5 milliards . Le biotope de l'homme ,la terre entiere est deja saturé de l'homme et ça ne peut qu'empirer !De plus ce chantre de l'égalitarisme et de la justice sociale nous expliquera comment ,si on veut sortir les pauvres de la pauvreté on fera !Les pauvres veulent de l'argent !Pourquoi, mais pour consommer comme nous pardi qui peut les en blamer !On imagine sans peine le tableau futur avec une humanité qui ne cesserait de gonfler et des pauvres qui ne cesseraient de consommer !!!!!!!Ce genre de reflexion ne touche pas la gauche .L’intellectuel de gauche descend du pretre et prend bien garde de ne pas montrer sa soutane .'''Aimez vous les uns les autres''' ,'''soyez solidaires mes freres''' ,'''charité chretienne pour les pauvres '''ext.......on connait la chanson !Dieu est mort ,donc tous les systemes batis sur lui sont obsoletes !Il faut passer à autre chose mais pas du réchauffé !La quete du surhomme comme disait Nietzsche qui n'est ni Zorro ni Batman mais celui qui imagine demain en faisant bouger les lignes d'aujourd'hui sans utiliser de recettes éculées!C'est ça qu'on attend d'un philosophe pas qu'il soutienne des zadiste hors la loi ............
Réponse de le 11/02/2016 à 19:45 :
"La quete du surhomme"

La recherche de puissance est une critique de Nietzsche envers l'humanité:

""Acquérir de la puissance se paie cher, la puissance abêtie"

"C'est ça qu'on attend d'un philosophe pas qu'il soutienne des zadiste hors la loi ............"

Je ne suis pas philosophe si vous ne l'aviez pas encore compris, loin de là...
Réponse de le 12/02/2016 à 11:23 :
Oui, Sez, la démographie doit faire partie de l'équation humaine, humanitaire, économique, écologique, énergétique, alimentaire.
Les océans et les terres sont surexploités, surpollués, Et chacun y contribue même les plus saints. Les pauvres aspirent légitimement à une meilleure qualité de vie qui va pourtant créer une pression supplémentaire sur l'environnement. Bien sûr il faudrait plus de justice sociale mais pourquoi sont-ce les gens ordinaires qui sont les plus généreux ? Qui osera punir les rapaces qui s'accaparent de la richesse produite par les plus pauvres ? Même si le pape a dit d'arrêter de se reproduire comme des lapins, la démographie va encore augmenter. Et le jour où il y aura une pénurie alimentaire ce sera le chaos. (La cause première de 1789 a été la famine). Et ce jour est proche !
Réponse de le 12/02/2016 à 15:15 :
Bonjour, vous apportez , à juste titre, le complément essentiel qui faisait défaut dans la profession de foi de M. Morin.. Certes comme le professe M. Macron l'économie joue un rôle primordial dans nos sociétés technocratiques mais elle dérive en fait du nombre de parties prenantes et quand celles-deviennent supérieures à l'offre, on aboutit rapidement à la loi de la jungle (voir les migrants à Calais ou la turbulence permanente africaine)
Le silence des classes politiques et des médias concernant la surpopulation et se ravages est tellement opaque et nuisible qu'il justifie une enquête mondiale pour en clarifier les causes... mais quand?
a écrit le 11/02/2016 à 14:43 :
Entièrement d'accord avec le fait qu'il est indispensable de penser aux autres et de les envisager comme soi même, la naissance n'est que le fruit du hasard, cela pourrait être du Delapalisse mais le fanatisme religieux, économique et politique nie constamment ce fait.

Sans l'autre je ne suis rien, si je méprise l'autre je méprise mon propre rapport à l'humanité, ciment qui lie 7 milliards d'humains les uns aux autres.

En capitalisme l'autre est désigné comme un concurrent, comme un adversaire à surpasser et non comme un frère humain qui comme chacun d'entre nous devra mourir à la fin ce qui en soit réduit cette obsession de la compétition individuelle à néant dans la réalité.

Regardez comme le rapport à la mort n'est d'ailleurs jamais envisagé par les médias de masse, qui au contraire préfèrent nous dire que nous allons vivre de plus en plus vieux et de plus en plus en forme, manque de bol c'est une récession de l'espérance de vie que nos pays soit disant développés sont en train de commencer à subir.

En effet il est indispensable de changer de civilisation mais tant que quelques milliers de milliardaires et leurs valets de politiciens tiendront tous les pouvoirs en main, au nom de leurs immenses et indéfinis privilèges, ils n'accepteront jamais de changer de société.

On ne va pas pouvoir s'économiser de manifester, tout ces gens, malgré leurs incompétences exponentielles récurrentes, n'auront jamais quoi que ce soit à faire de l'humanisme, frein flagrant à leurs marges bénéficiaires et à leurs pouvoirs. Au contraire même car comme dit Nietzsche, plus on possède et plus on est possédé d'où les dérives de plus en plus probables obscurantistes à attendre au fur et à mesure du temps qui avance.

Plus on attend plus on a de chance que tout ceci finisse très mal.
Réponse de le 11/02/2016 à 18:22 :
Quand les milliardaires et leurs valets votent ,ils ne sont que quelque milliers et pour faire une majorité en France il faut environ 18 millions de voix !!!!!!!
Réponse de le 11/02/2016 à 19:40 :
Pas facile de s'y retrouver dans le paysage politique actuel vous ne pensez pas ?
a écrit le 11/02/2016 à 12:26 :
'''''"La philosophie agro-écologique de Pierre Rabhi réhabilite la bonne, la saine, la juste nourriture."'''''Philosophe Rabhi ,comme tout un chacun alors !Il glorifie la frugalité !Or la frugalité c'est manger des plats simples en petites quantités (Larousse ).........Qui fait ça Morin peut etre ha ha ha .......
a écrit le 11/02/2016 à 12:26 :
quelle contre-sens d'assimiler le christianisme, l'islam et le judaïsme pour finalement mettre tout ce petit monde à la poubelle! et on nous ressort les croisades, la dictature et l'inquisition comme marqueurs signifiants. Mais que reste t'il? les belles valeurs républicaines inventées au gré des vents par nos hommes politiques, chères à Mr Morin? Le multi-culturalisme qui en est sa conséquence directe, en pleine croissance? Un humanisme froid et athée qui ne peut pas rassembler car il ne fait rêver personne? Mr Morin devrait noter que Rousseau, Montaigne, Descartes, Kant, Bach, Vinci et bien d'autres se sont épanouis dans un environnement Chrétien. Et que la démocratie était la règle dans les monastères pour élire leur père abbé. La sagesse visiblement ne s'acquiert pas toujours avec l'age.
Réponse de le 11/02/2016 à 16:09 :
Jean, ou peut-être devrais-je dire Saint Jean ?
En quoi l'humanisme athée serait-il froid, individualiste, sans espérance et sans capacité à faire rêver ?
Présupposés dogmatiques que tout cela.
Je pense tout le contraire et hier comme aujourd'hui, rien dans les approches religieuses de la spiritualité ne m'indique qu'il faille nourrir quelque espoir que ce soit dans cette voie.
a écrit le 11/02/2016 à 12:22 :
'''''"Marine Le Pen serait-elle une présidente "simplement" autoritaire ou fascisante ? Ce qu'elle est réellement, nous ne le saurons que si elle est élue. Mais il sera peut-être trop tard."'''''Depuis quand un president de la Republique en France peut il gouverner sans avoir une majorité à lui au parlement !Sans majorité ,c'est une quasi potiche qui peut embeter le gouvernement en place en ne signant pas les decrets d'application des lois mais le parlement qui a toujours le dernier mot a d'autres ressources et d'autres moyens pour y parvenir!M Le Pen serra toujours battue en finale de la presidentielle parce qu'elle aura en face d'elle un front republicain comme son pere en 2002 .Quand à avoir seule la majorité à l'Assemblée il faudrait un titanesque tremblement de terre politico/économico/social pour que la France se donne en majorité au FN ...........Quand on est un peu trop enfermé dans sa bulle comme l'est Morin on oublie le sens des réalités ce meme oublie qu'il critique lui meme !
Réponse de le 11/02/2016 à 18:53 :
Ce qu'est Marine Le Pen ? Peu nous chaut: ce que l'on craint par contre, ce sont les décisions qu'elle serait conduite à prendre, avec ses *conseils* si, par malheur pour la France et les Français-Françaises, ai elles étaient, elle et sa nièce aux manettes...
Réponse de le 18/02/2016 à 19:50 :
Il y a effectivement de grande chance que la France sombre dans une caricature de démocratie : le vrai bourbier... Je suis de droite et je dois voter pour le candidat de gauche pour battre une faschiste (!) ou bien je suis de gauche et je dois voter pour un candidat de droite. Certainement ce qu'il faut pour permettre au pays d'avancer et résoudre les grands problemes de notre société !!! :-B
a écrit le 11/02/2016 à 12:04 :
Edgar Morin demeure d'une lucidité hors pairs en ces temps troubles.
a écrit le 11/02/2016 à 11:35 :
bonjour l excuse l économie ou autre non rien de tout cela il ne faut pas être sociologue pour voir que le seul et unique responsable est l humain le seul responsable qui a toujours soif de prédation en tout genre . sociologiquement l humain na pas évoluer du moins une très grande partie voyez les infos . une question est poser dans la tribune faut il une lois pour les sans abris. encore de nos jours nous voyons cela et combien a la soupe populaire a oui des lois pour presser les gens comme des citrons , ca ils savent faire voila le genre d humanité et cela va de pire en pire.
l égoïsme voila la plus grande des maladie
Réponse de le 11/02/2016 à 22:41 :
Le problème c'est que l'économie, le capitalisme, exacerbe l'égoïsme. Le capitalisme sépare les êtres humains, conduit à une compétition de plus en plus destructrice. Sortir de l'économie, ou du moins adoucir ses effets et la remettre à sa vraie place, c'est-à-dire un moyen et non une fin, nous permettrait de réduire l'égoïsme humain et faire ressortir, de générations en générations, ce qu'il y a de meilleur en nous.
a écrit le 11/02/2016 à 11:33 :
Bonjour,
Vu l'idée de la transdisciplinarité proposée, c'est ainsi que, par l'éducation, doivent se développer ensemble les progrès technologiques avec les valeurs spirituelles de l'homme. A mon avis, les crises résultent de la méconnaissance de ces dernières.
Par exemple, l'enseignement de la sécurité, domaine majeur inhérent à tous les développements et progrès humains, devrait présenter les fruits des expériences des hommes de terrain.
Bien à vous.
a écrit le 11/02/2016 à 10:37 :
La solution serait d'étouffer (pardon, réguler) la science et la raison au profit d'une nouvelle religiosité de Gaïa et bien sûr ses prêtres autoproclamés (Rabhi, Hulot ...).
Non merci !
Réponse de le 11/02/2016 à 22:44 :
Le futur n'est pas de renoncer à toutes les avancées scientifiques et culturelles pour retourner à une forme d'ignorance, mais d'adapter celles-ci aux contraintes de notre temps et à une nouvelles manière de penser, de consommer, qui soit plus frugale. La frugalité n'est pas mauvaise, c'est jsute une autre manière de voir le monde.
a écrit le 11/02/2016 à 10:30 :
Merci à ce grand homme pour le partage de sa réflexion. On y gagne un peu en sagesse après sa lecture.
Merci à la Tribune de relayer ces grands entretiens de très bonne qualité avec un enchainement de questions pertinent.
La prise de conscience COLLECTIVE est pourtant nécessaire pour pas qu'on s'écrase dans le mur dans lequel l'humanité se jette à toute vitesse..ceci est l'enjeu de ce début de siècle.
a écrit le 11/02/2016 à 10:27 :
Quel pathos, celui de la bien pensance à l'aune de l'écologie et d'un humanisme curieusement teinté de communisme bêlant. Notre époque n'est pas différente des autres, en cela qu'elle doit faire face à des mutations qui bouleversent les équilibres sociaux économiques et dérangent les pouvoirs en place. L'accélération du progrès n'est pas une menace, mais une chance pour l'humanité, celle de créer un monde différent, qui profite au plus grand nombre, et c'est bien ce que les chiffres mondiaux démontrent, si on se donne la peine de les regarder. l'Histoire ne se soucie pas de l'opinion des individus, elle ne retient que celle des Peuples, au grand regret des "humanistes solitaires".
Réponse de le 15/02/2016 à 23:51 :
A l'heure ou 62 clampins possèdent plus de richesses que la moitié de l'humanité votre commentaire relève d'une profonde bêtise ou d'un aveuglement inquiétant, surement les 2 en fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :