Pierre Rabhi : "La COP21 manipule l'opinion"

 |   |  1564  mots
(Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)
Auteur, philosophe, conférencier, agriculteur, Pierre Rabhi sème depuis plusieurs années sa conception du monde et de la nature. Face à l'urgence climatique, il dénonce l'inefficacité des grandes messes internationales, à l'instar de la COP21, qui selon lui, "manipule les esprits". Il appelle à la conscience et à l'action citoyenne pour faire bouger les lignes et ainsi se réapproprier la vraie valeur de la vie.

Acteurs de l'économie-La Tribune : Quel est votre regard sur les événements tragiques qui ont touché Paris le 13 novembre dernier ?

Pierre Rabhi. Je suis ulcéré comme beaucoup de gens et je condamne fermement cette violence. Elle est planétaire et terrible. L'humanité doit de toute urgence suffisamment évoluer pour éradiquer toute violence, et pour cela, il faut changer de processus, en allant vers une plus grande reconnaissance de l'autre.

Ces violences sont, en général, reliées à des contentieux larvés, construits au cours de l'histoire : la colonisation, l'humiliation, la non-reconnaissance, l'iniquité mondiale.Toutes les sept secondes, selon les experts de l'ONU, un enfant meurt de faim. Pourtant, la planète est suffisamment riche pour que ce fléau ne se produise pas.

L'humanité est de nos jours confrontée à une mutation sans précédent. Et dans ces bouleversements, nous devons garder le cap, c'est-à-dire, construire une fraternité humaine en adéquation et en relation avec la nature, le berceau indispensable à tous êtres humains et toutes créatures.

Justement, la Cop 21 est censée éviter le pire en limitant à 2°c le réchauffement climatique. Vous êtes très pessimiste concernant cette conférence...

Je n'attends pas grand-chose de ces sommets internationaux. Ces rencontres sont censées rassembler des autorités afin qu'elles prennent des décisions importantes concernant notre rapport à la vie et à la nature. Mais depuis des années, aucune grande mesure ne sort de ces grandes messes.

L'inefficacité de ces rendez-vous du type de la COP21 - au-delà du danger qu'ils font courir à la planète,- engendre un autre mal : celui d'une manipulation de l'opinion. Les décideurs font croire à la population qu'ils s'occupent de ces grands enjeux climatiques, mais ils n'apportent pas une réponse à la hauteur de la gravité de la situation.

Le problème réside dans la division entre la nature et nous. Nous sommes la nature, et l'écologie devrait ainsi être la chose qui concerne absolument tout le monde, du président de la République au balayeur. Sauf qu'aujourd'hui, il y a un clivage initié par l'être humain. Il s'est ainsi installé dans un statut dans lequel il s'est donné tous les droits contre la nature. Avec un mot d'ordre : pillons et détruisons.

Pourtant, sur l'échelle du temps, si nous reprenons un ratio temporel de 24 heures, l'Homme n'est présent sur la planète que depuis une ou deux minutes. Et dans ce très court instant, l'Homme est devenu un fléau pour la planète. Mais aussi pour lui-même. Il est son premier fléau.

Les discours dominants portés par les grands États et leurs responsables politiques ne sont, pour le moment, que très rarement suivis d'actes majeurs. Quels sont les blocages que vous avez identifiés ?

La première nécessité est d'analyser où se trouve désormais l'autorité. La finance s'est accaparée cette autorité et cette toute-puissance dans le monde. De ce principe d'argent roi, concentré dans les mains d'une caste qui décide, se trouve les limites du pouvoir politique. Les responsables, pourtant élus, ont ainsi un espace de décision mince.

Par ailleurs, au sein même de la sphère politique, la question climatique est substituée, depuis de nombreuses années, à d'autres priorités, à l'instar du chômage. La question du climat passe également au second plan lorsque les luttes politiques, où triomphe parfois la démagogie aux dépens du réalisme, prennent le dessus, avec pour dessein de répondre à une logique personnelle de réélection électorale.

Pourtant, face à ces blocages, nous pourrions commencer à modifier la société dès demain.

Quels sont les moyens disponibles, selon vous, afin de bousculer ces paradigmes établis ?

L'un des enjeux majeurs résulte de l'éducation de nos enfants. Celle-ci devrait se focaliser, non pas sur la compétition, mais sur la sociabilité et la solidarité. En très peu de temps, nous pourrions créer des êtres solidaires, et non pas opposés.

Le système actuel de l'école introduit immédiatement la notion d'antagonisme, en poussant les enfants vers un élitisme insatiable. Cette conception est nauséabonde. D'une part, elle pare l'enfant d'angoisse. D'autre part, l'enfant est ainsi préparé à avoir une perception de l'autre comme l'antagoniste étant celui qu'il faut dominer.

Ce balancier entre dominant et dominé est une aberration au regard de l'histoire. Il y a toujours eu une catégorie opprimée, qui s'est ensuite révoltée contre son oppresseur. Puis, l'opprimé devient oppresseur. Il faut donc changer totalement de schéma.

Vous prônez particulièrement l'action locale et citoyenne pour changer le modèle. Celle-ci, aussi dynamique soit-elle, ne se heurte-t-elle pas à un niveau décisionnel qui étouffe, à un moment donné, toutes perspectives profondes de changement ?

Nous, simples citoyens, avons un pouvoir énorme, qui par notre action peut avoir des répercussions majeures. Mais nous ne l'exerçons pas. Nous devons aller vers un comportement frugal.

Certaines multinationales sont par leurs activités nocives à notre planète. Mais ces mêmes entreprises que nous pointons du doigt, nous les nourrissons tous les jours. Certes, il y a des faits que je ne peux pas renier. Je suis également en cause sur certains comportements, lorsque, par exemple, je fais le plein d'essence de ma voiture. Mais il y a des espaces dans lesquels je peux prendre des initiatives personnelles. C'est à ce titre que je parle de sobriété.

 En devenant "simples", nous pouvons ainsi poser des soucis aux multinationales. En effet, elles fonctionnent sur une approche subliminale, qui est de mettre l'individu psychologiquement dans le manque. La marge du superflu qu'elles engendrent est sans limites. Face à cette tentation, nous pouvons jouer un rôle majeur en adoptant un comportement raisonnable. "Est-ce que je me comporte avec simplicité et sobriété, répondant ainsi à mes besoins légitimes, ou suis-je dans l'avidité permanente ?"

La sobriété peut être heureuse, apporter de la joie en marquant un palier de satisfaction. Or nous sommes dans une société qui s'appuie sur l'insatiabilité avec le credo du "toujours plus". Que ce soit au niveau de l'État ou de l'individu, le gaspillage est énorme. Ce comportement n'a pas pour seule conséquence notre personne, mais il se répercute sur l'autre. Notre gaspillage peut affamer notre voisin. Il y a tout un pan de l'humanité qui est dans la précarité, et nous, on fabrique 30 à 40 % de déchets.

La solution est donc, selon vous, en chacun d'entre nous...

La solution se construit en chacun de nous. Si nous ne nous mettons pas dans une logique de transformation raisonnée et bénévole, celle-ci s'imposera à nous. Quel que soit le chemin, nous allons vers la précarité. Il faut, selon moi, la choisir et non pas la subir, en l'ordonnant, l'organisant pour qu'elle ne soit pas douloureuse. Mais la précarité, ce n'est pas ne rien avoir, c'est simplement posséder l'indispensable.

Pour atteindre cette sobriété, vous prôner notamment l'agroécologie. De plus en plus de personnes s'en réclament. Comment observez-vous cette évolution ? Redoutez-vous un risque de récupération, à l'instar de ce qui s'est fait pour l'agriculture biologique ?

Il y a toujours un risque. Dans mon dernier livre (La puissance de la modération, Hozhoni Eds), j'ai souhaité rappeler d'une manière claire, l'éthique et les fondements de l'agroécologie. Au-delà de son ambition initiale, être pourvoyeuse de produit bio, elle est avant tout une éthique. Elle impose de cultiver en conscience.

La dimension spirituelle est évacuée de notre monde. Nous devons retrouver le sentiment que nous faisons partie de quelque chose qui est complexe, mais porteur d'une forme d'intelligence, c'est-à-dire l'esprit, sans pour autant comprendre le tout. L'agroécologie permet cela.

Vous êtes à la fois agriculteur, écrivain, poète...Que vous permettent ces multiples casquettes ?

L'agroécologie est une activité tangible, qui ne brasse pas à l'infini des théories. J'ai cette chance de la pratiquer, c'est-à-dire d'être en mouvement. Cette activité est un test quotidien, alors que la société d'aujourd'hui est beaucoup trop dans les concepts. On brasse, on brasse, et pendant ce temps-là, le bateau coule.

Le dilemme est désormais le suivant : sommes-nous capables de changer l'histoire par une approche tangible de la réalité des choses, ou allons-nous gloser alors que nous faisons naufrage?

Il est absolument nécessaire qu'aujourd'hui, dans la façon dont nous considérons la vie, elle puisse s'incarner dans nos gestes quotidiens ; et l'agriculture est magnifique pour cela, car elle permet de vivre. Sans elle, tout est fini.

Comment transmettre les valeurs que vous prônez vers d'autres domaines d'activités ? Tout le monde ne peut pas revenir à l'exploitation de la terre...

Le grand problème de la société, aujourd'hui, c'est qu'elle est hors-sol. L'individu est concentré dans des villes de plus en plus gigantesques, éloignant ainsi davantage les populations des problématiques de la vie.

Prenons un exemple extrême. Pendant les guerres, tout le monde se souvient du cousin à la campagne. Il était pourtant jusqu'alors catégorisé comme le "pauvre type" qui n'a jamais réussi. Sauf, qu'en réalité, c'est lui qui détient la vie. Le réalisme aujourd'hui, c'est une écologie pratique, qui incarne la vie.

Lire aussi : Entreprendre n'est pas en soi un acte vertueux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2015 à 16:47 :
Une vérité que ce texte.
Nous ressentons tous les jours l'insoutenable impotence du politique face au monde de la finance et le découragement qui s'ensuit.
Mais j'ai une crainte en même temps qu'une certitude : si nous ôtons leur pouvoir (de concurrence libérale) aux grands groupes, nos velléités belliqueuses ne reprendront-elles pas le pas sur nos politiques ?

En même temps, ils n'ont pas attendu cela pour faire la guerre : pour moi, celle d'Irak fut de nature partiellement économique au-delà de ses raisons factuelles...
a écrit le 17/12/2015 à 10:57 :
je recommande de prendre connaissance de la pensée convivialiste, vous allez prendre un (bon) coup au moral ! www.lesconvivialistes.org moi, j'ai retrouvé l'optimisme bien que le chemin à parcourir apparaisse vertigineux... un courant de pensée qui se répand : toutes proportions gardées, nos politiques n'ont ils pas fait appel au 'vivre ensemble' suite aux évènements de novembre ?
a écrit le 15/12/2015 à 3:48 :
cohérent. assez complet.bravo.
www.facebook.com/COP21.Climats.Energies
a écrit le 14/12/2015 à 10:41 :
il n'y aura pas d'écologie sans économie en adéquation. Et il n'y a pas d'économie sans partage de pouvoir : conglomérats, lobbies, ententes politico-industrielles, politico-financiéres, .... COP21 est une sympathique plaisanterie ou les gens de pouvoir se retrouve pour se taper un bon gueuleton et faire croire que tout va changer en s'assurant surtout que rien ne changera.
En espérant que ce cirque aura au moins servi à quelque chose : mettre en avant la gastronomie francaise...
a écrit le 09/12/2015 à 6:52 :
Merci pour cette interview hautement édifiante.
Il me semble que Pierre Rabhi pointe du doigt les racines du dysfonctionnement des sommets environnementaux. Il ne se contente pas de les énoncer, il propose de pistes de réflexion et réoriente nos regards vers l'essentiel. Il souligne les valeurs qu'il conviendrait de considérer comme des priorités vitales. Un raisonnement profond, empreint de bon sens, de respect et rempli d'espérance. L'équilibre du pragmatisme et de la capacité à inviter à penser et vivre différemment. Une "metanoïa" salutaire. Comme une eau fraîche en plein désert aride.
Une question pratique : ne nous faut-il pas lire "sentiment" au lieu de "ressentiment" dans le paragraphe lié à l'agroécologie?
a écrit le 08/12/2015 à 10:10 :
merci pierre rabbhi, merci JYB, merci stiglitz, merci à tous ceux qui oeuvrent et font des pas vers l'apaisement et l'action.... l'évolution des Consciences et le Respect de la vie ... <3
merci Maxime Hanssen, cependant il y a au moins deux grosses coquilles..... "La première nécessité eSt d'analyser où se trouve désormais l'autorité" et ressentiment au lieu de sentiment (je suppose et j'espere et je m'interroge quant à cette erreur car c'est l'opposé des bonnes vibrations solutionnantes que le ressentiment (rancune.... ;) ) quel loup nourrit-on ? la simplicité c'est aussi se liberer des parasites conscients et inconscients qui entravent notre entendement afin de libérer notre potentiel et l'utilisation intelligente de ce potentiel (intelligence des 3 cerveaux (reptilien, limbique, neocortex + systeme digestif + COEUR+ SYSTEME NERVEUX et hormonal(systemes de communication )) ; l'intelligence collective en résonnance.... :) ; "sois le changement que tu veux voir dans le monde" et si chacun transcendait son égo pour nourrir l'intelligence collective afin que toutes les initiatives individuelles s'intègrent et nourrissent cette possibilité plus grande et magnifique... ? si le problème arrivait pour nous inciter à trouver la solution ? et si la solution résidait dans une forme de communication / education ou la CNV, l'altérité, l'assertivité bienveillante sont des piliers et permettent de fédérer vraiment ? comment éduquer les enfants dans un monde d'adultes ignorants ? comment tirer leçon, apprendre et se libérer de cet archaisme destructeur en appliquant des solutions pas à pas et notamment en développant un reseau interconnecté experimentant l'intelligence collective concretement exponentiellement ... <3
Réponse de le 09/12/2015 à 11:35 :
Merci pour votre vigilance, et désolé pour cette coquille. La modification a été effectuée.
a écrit le 07/12/2015 à 18:05 :
Pierre Rabhi devrait rappeler plus souvent ses connections avec des économistes comme Stiglitz ou Amartia Sen, autour de cette économie coopérative qui s'inscrit dans la lignée d'une réflexion anthropologique qui pose comme hypothèse que, dans la théorie de l'évolution, ce n'est pas la compétition qui permet la survie de l'espèce, mais, d'abord la capacité à survivre en terrain hostile, par la coopération avec les autres espèces.
J'applique modestement ces principes à une "économie coopérative de la santé" que je promeus dans mes rapports et mes recherches en France et un peu à l'étranger et je constate tous les jours combien cette "nouvelle perspective réciproque" crée autant de peurs qu'elle ne crée d'espoirs et de mobilisations.
Or nous partageons avec P. Rabhi cette approche systémique et savons bien que les liens, les appariements pour utiliser un nom savant, entre poches de perspectives réciproques potentialisent cette ouverture à l'arborescence ainsi reliée.
Et nous avons besoin de cette intelligence collective
a écrit le 07/12/2015 à 1:04 :
Oui, l'agroécologie et l'amour des plantes et de la nature. Vous vivez en appart, plantez en pot, ne serait-ce qu'un plant de tomates ou ce qui convient à votre météo et regardez la vie prendre, aimez, chantez, ... continuez,
a écrit le 06/12/2015 à 18:59 :
certes Pierre Rabhi a mille fois raisons quand il prône la sobriété et fustige nos politiques dont le souci premier est le bon fonctionnement du commerce international (le TAFTA est un bon exemple) Sans doute pourra t on nourrir tout le monde. Mais nourrir cela veut dire quoi ? Et puis manger ce n'est pas tout, il faut aspirer à pouvoir donner à tous les éléments pour une vie digne.
Mais nous sommes je ne sais plus combien de milliards et cela ne cesse d'augmenter, où cela va t il s'arrêter ? En général les surpopulations se gèrent par des crises.
Enfin bref je suis optimiste....
a écrit le 06/12/2015 à 17:53 :
https://www.youtube.com/watch?v=4epOhRXTJBk pour pierre rabhi si vous voulez ...
a écrit le 06/12/2015 à 14:28 :
Il fallait trouver un dénominateur commun, rassembleur plus que la santé, l'alimentation, la sexualité et autant que les guerres pour duper les gens ; l'environnement.

http://www.lametropole.com/blog/patrice-berthiaume/qui-m%C3%A8nera-le-monde
a écrit le 06/12/2015 à 13:00 :
Une chose est certaine, notre addiction au pétrole nous tient par les corones et il faudra changer à un moment ou à un autre.
Partant de ce constat ,que personne ne peut contredire, c'est une bonne idée de s'y atteler avant sans le subir ou, comme la majorité de la population, prier le technologisme et attendre.
Quand bien même nous découvririons une énergie propre pour remplacer le pétrole, il y a des pics de ressources autres qui nous empêcherons forcement de garder le même système agricole (phosphore) sans compter la destruction des sols. Il va falloir faire marcher son cerveau, car ce que propose la permaculture et l'agroecologie est loin d'être passéiste, c'est au contraire très moderne et créateur d'emplois.
Avec un gouvernement digne de ce nom (gouverner, c'est prévoir) on pourrait déjà planter les arbres qui sont à la base de ces techniques.
a écrit le 06/12/2015 à 9:41 :
Comment peut on croire avec réalisme en la disparition de la violence?
La jalousie l'envie la colère sont des sentiments aussi humains que la bonté et la fraternité et sont parfois utile pour déclencher des mécanismes de défense.
Penser le monde paysan à comme un modèle de sagesse est une illusion....Il suffit de jeter un oeil sur le nombre de procès et de facheries parfois sur plusieurs générations pour 50cm de terre....
Monsieur Rabhi se souvient il d'Abel et Cain......
Réponse de le 06/12/2015 à 11:07 :
"abel et cain", extrait d'un beau livre de propagande. Etudié en profondeur, il a été effectivement socle de beaucoup d'exactions d'empires comme l'empire de l'église romaine catholique, succédé plus tard par ce que l'on appelle aujourd'hui la communauté européenne ancrée sur les mêmes textes vieux de 2000 ans.voir 3-4000ans. C'est en étant conscient localement de la Terre qui nous porte et nous constitue que l'on pourra subsister en paix, non plus en appliquant des doctrines délocalisées et imposées. Merci aux êtres.
a écrit le 05/12/2015 à 20:45 :
Le milieu paysan peut aussi être conservateur et étouffant...
l'équation paysan = sage ne me va pas trop...
a écrit le 05/12/2015 à 17:49 :
Merci papa de vie et d/écologie si le bon dieu avait créé 5 personnes comme vous dans monde c/est à dire 1 personne par contenant la planète étai sauver que dieu vous accorde une longue vie Éric Le paysan Burkina Faso
Réponse de le 05/12/2015 à 18:41 :
Longue vie au Burkina !!!
a écrit le 05/12/2015 à 15:27 :
Excellente cette article et elle doit être lu par le plus grand nombre de personnes au gouvernement et l'inclure dans tous les écoles du monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :