Santé : du débat à la surenchère

 |   |  486  mots
(Crédits : DR)
Les discours promouvant la prise en charge totale par le régime obligatoire en substitution des assureurs complémentaires, relèvent plus du boniment que d'une réflexion empreinte de réalisme économique, estime Éric Gérard, directeur des assurances de personnes chez Agrica.

Préoccupation majeure de nos concitoyens, la protection sociale s'était largement invitée dans les débats qui ont animé l'élection présidentielle. Quand les approches et convictions divergent sur...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :