Auvergne-Rhône-Alpes : des synergies sectorielles

 |   |  600  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Santé, high-tech, enseignement supérieur-recherche : dans ces domaines porteurs d’avenir, Auvergne et Rhône-Alpes, bientôt réunies, sont bien dotées, mais de façon différente. Quelles synergies mettre en œuvre ? Tel était l’objet de la première table ronde de la matinée de débats organisée le mercredi 25 novembre et intitulée « Auvergne-Rhône-Alpes : le mariage pour tous », proposée par Acteurs de l’économie-La Tribune et RCF, en partenariat avec Orange et Agrica, et animée par Philippe Lansac.

D'emblée, ouvrant les débats relatifs à l'union régionale, qui se tenaient le 25 novembre, à l'Institut Lumière, Khaled Bouabdallah, président de l'Université de Lyon, qui réunit 19 établissements lyonnais, universités mais aussi grandes écoles, 200 laboratoires, 135 000 étudiants, pose la complexité des enjeux :

"Des liens existent déjà entre Auvergne et Rhône, par exemple dans les domaines de la nutrition et de l'ingénierie. Mais les synergies ne se décrètent pas. Il faut identifier les projets, les acteurs, se poser la question de la pertinence des projets. Tout cela demande du temps, entraîne une organisation complexe."

Conférence-Union-régionale_Khaled-Bouabdallah

Khaled Bouabdallah, président de l'Université de Lyon (crédit : Laurent Cérino/ADE)

"Il faut identifier nos communautés d'intérêts, renforcer nos points forts. La santé en fait partie. L'on peut créer une dynamique. Dans ce domaine, les deux régions ne sont pas concurrentes, mais complémentaires",

décrit de son côté Philippe Laurent, président du groupe auvergant 3iNature, un leader de 500 salariés dans le développement et la fabrication de compléments alimentaires.

Ce domaine de la nutraceutique a un rôle à jouer dans la prévention sanitaire. En matière de santé, la future grande région dispose bien de nombreux atouts et ils peuvent d'évidence déboucher sur des synergies.

Conférence-Union-régionale_Philippe-Laurent

Philippe Laurent, président du groupe 3iNature (crédit : Laurent Cérino/ADE)

Synergies dans la santé

Véronique Trillet-Lenoir, présidente du comité de direction du CLARA, structure qui met en réseau les acteurs de la recherche en cancérologie, joue déjà la carte Auvergne-Rhône-Alpes : le CLARA s'inscrit dans ce périmètre régional et est financé, entre autres, par les deux Régions.

"Chaque territoire apporte sa spécificité, l'Auvergne pour la nutrition et le thermalisme, la région lyonnaise pour les biotechnologies, Saint-Etienne pour le dépistage... Mais il est vrai qu'il est facile de mobiliser largement et dépasser les egos pour la cause de la recherche en cancérologie, le cancer étant une des premières causes de mortalité en France."

Conférence-Union-régionale_V.Trillet-Lenoir

Véronique Trillet-Lenoir, présidente du comité de direction du CLARA (crédit : Laurent Cérino/ADE)

La difficile quête d'ingénieurs informatiques

Si les synergies dans la santé semblent prometteuses, quid des high-tech et du numérique ? Pour Jean-Michel Bérard, Pdg d'Esker, société lyonnaise spécialisée dans les solutions logicielles pour la dématérialisation de documents, mais aussi président du cluster numérique, les synergies ne semblent pas exactement à l'ordre du jour :

"Au niveau du cluster, nous allons montrer que Rhône-Alpes Auvergne est désormais la 4e région d'Europe. Mais dans le numérique, en Auvergne, l'écosystème est pour l'heure plutôt faible."

Conférence-Union-régionale_JM-Bérard

Jean-Michel Bérard, Pdg d'Esker (crédit : Laurent Cérino/ADE)

Pour le PDG d'Esker, l'urgence se situe à un autre niveau :

"Pour nous, le recrutement est un cauchemar. Nous recherchons 15 ingénieurs informatiques et nous n'y arrivons pas. Il faut que la Région accroisse ses moyens pour la formation supérieure et, pourquoi pas, l'apprentissage dans le supérieur."

Cette attente de moyens accrus pour la formation est également exprimée par Khaled Bouabdallah.

"II y a en ce domaine une très forte demande, tant côté étudiant que côté entreprise, pour améliorer l'employabilité des étudiants. Nous attendons de l'argent de la Région. Et, conclut-il, la demande est similaire pour la formation tout au long de la vie."

Retrouvez cette conférence en podcast avec notre partenaire RCF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :